Accueil > PORTFOLIO > Autoportraits > Cris à l’ide

Cris à l’ide

"CRIS Á L’IDE" :

Premier mouvement : CRI FUNAMBULE

Deuxième mouvement : CRI FLIBUSTIER

Troisième mouvement : CRI ACROBATE

"Trois cris, le premier vient au monde dans la rencontre de l’absence, l’attente, le manque qui s’installe, l’oubli, l’éloignement. Il titube, vacille, hésite, se retient sur le bord des lèvres, puis se jette dans un élan comme une vague qui s’étend sur le sable.

Au contact du sable, il prend corps, lève les voiles, devient désir, râle, soupir, gémissement, il s’incarne dans l’émotion de la chair, mais une chair sans jambes, celle d’une sirène qui tente désespérément de s’élancer jusqu’à ce qu’elle plonge dans les profondeurs de son appétit féroce de vie…

Ainsi, le cri devient chant, le cri devient lumière, mythe, le cri devient spectacle, abandon, don complet, il se déploie, s’offre sur un plateau, passe des coulisses à la scène, cri de cabaret, cri de la prostituée en vitrine à Amsterdam, cri de l’amante passionné, il prend corps, il se tend comme un lien immuable de l’aimé à l’aimant, il se donne à dévorer, jambes, bras, ventre, seins, pour finir haletant à l’apparition du jour."